Le Monde de Sophie

Errements photographiques et plus si affinités

  • 28th mai
    2012
  • 28

Le joli mois de Mai

Le joli mois de Mai est meutrier… Jours fériés, week-ends à rallonge, repas en famille et entre amis, déplacements, semaines raccourcies et difficultés à s’organiser niveau courses et hop, 3 kilos sur les hanches…

Et autant l’avouer, j’ai une volonté zéro d’attaquer une nouvelle phase de régime, là, tout de suite, avec un week end festif prévu à la fin de cette semaine. 

Parfois, j’ai envie d’arrêter de lutter, juste accepter de finir obèse à nouveau, et me vautrer dans mes fringues en taille 50. 

Il va bien falloir que je reprenne la bataille, pourtant… Pffff. Putain de métabolisme de merde, tiens.

  • 29th avril
    2012
  • 29

New-York, le guide de la blonde

Je n’ai pas prétention à écrire LE guide idéal sur New-York, sachant que tout le monde a ses préférences et ses priorités en matière de tourisme urbain, culturel ou shopping, surtout qu’un séjour d’une semaine à 7 personnes âgées de 10 à 62 ans présente des contraintes en matière d’organisation que l’on a pas forcément en voyageant seul.

Je voudrais juste partager ici ce qui m’a plu, ce que j’ai découvert, ce qui m’a surpris, une sorte de mini-guide à usage des autres blondes qui voudraient partir en vacances en famille ;)

L’hôtel :

Voyageant en troupeau, je n’ai pas voulu courir le risque de la location improbable ou de l’hôtel douteux, et je suis passée par une agence. Nous avons réservé 3 appartements au Best Western Plus Hospitality House, idéalement situé en plein coeur de Manhattan, à moins d’un kilomètre de Times Square. 

Cet établissement offre des grandes suites propres et rénovées (un salon de 30m2 avec un canapé lit et une télé immense, une grande cuisine, une grande salle de bain et une belle chambre, plein de placards et de rangements), alliant le confort hôtelier (ménage tous les jours, petit déjeuner compris qu’on peut prendre dans la salle au rez-de-chaussée ou emporter dans sa chambre) avec l’avantage d’un appartement de location dans lequel on peut cuisiner ou simplement se reposer en regardant la télé sans être enfermé dans les 12m2 d’une chambre d’hôtel.

Wifi à tous les étages, petits déj copieux et variés et personnel accueillant et serviable, je n’ai pas été déçue (et heureusement, à 1880€ le séjour de 6 nuits pour 3 personnes).

Seul “hic”, depuis notre chambre au 2ème étage, impossible de voir le ciel, puisque nous avions d’un coté un mur aveugle et de l’autre un parking, dont le ronron de la ventilation a servi de berceuse à nos nuits pendant tout le séjour. 

Mes beaux-parents, en revanche, ont eu la chance d’avoir le penthouse, légèrement plus petit mais avec une immense terrasse sur le toit, au 10ème étage (que nous avons squatté à plusieurs reprises pour l’apéro :)).

La bouffe :

Qui a dit qu’on mangeait mal aux US ? Certes, les plats sont copieux et la cuisine riche, mais pas plus que lorsqu’on mange au restaurant tous les jours en France.

Pour les repas sur le pouce, les “Prêt à Manger” proposent des soupes et des sandwiches délicieux.

La chaîne “Heartland Brewery” est également un incontournable, avec 6 restaurants dans Manhattan, qui proposent des plats variés (fish&chips, hamburgers, nachos, viandes,…) à des prix acceptables et une carte de bières maison plutôt sympathique :)

A tous les coins de rue, le fameux vendeur de hot-dogs et bretzels permet de caler un petit creux, et le “rice over chicken” (sorte de ragoût de poulet servi avec du riz, des haricots, de la salade et des légumes) vendu 5$ à emporter dans les camions qu’on trouve un peu partout est délicieux.

Nous avons également tenté l’aventure dans un restaurant de Chinatown où, désorientés par une carte interminable, nous avons demandé un assortiment de viandes, légumes, riz et nouilles.

Globalement, nous avons mangé pour 30-40$ par tête et par jour, en mangeant léger à midi… 

A propos du “tip”, également appelé “gratuity”, qui constitue la rémunération des serveurs puisque le service n’est pas inclus dans les prix affichés sur les cartes (ni les taxes d’ailleurs), il est, la plupart du temps, ajouté au pied de l’addition. Si ce n’est pas le cas, il convient d’ajouter 15 à 20% au prix affiché sur la note.

Le shopping :

Manhattan regorge de boutiques où il est possible de faire de bonnes affaires, mais attention, comme toutes les villes touristiques, les bons plans ne sont pas forcément dans les lieux les plus fréquentés par les touristes. 

Globalement : les marques américaines sont moins chères mais il vaut mieux les débusquer vers Soho ou sur la 14ème rue (un jean Levi’s soldé à 21$ sur la 14ème est affiché à 68$ sur Times Square, par exemple), les marques européennes très présentes sur la 5ème Avenue ne présentant pas vraiment un intérêt financier (si ce n’est celui, variable, du cours du Dollar).

Au niveau du 600 Broadway et sur la 6ème avenue voisine, il est également possible de faire de bonnes affaires.

A savoir, les taxes sur les vêtements dans l’état de New-York ont un mode de fonctionnement très particulier. En gros, d’après les explications des différents vendeurs croisés (qui n’étaient pas forcément tous du même avis), il n’y pas de taxe sur les vêtements ‘basiques’ dont le prix est inférieur à 110$. Sur les vêtements plus chers ou moins chers mais non indispensables (accessoires, foulards, etc…), une taxe de 8% s’applique.

Au sujet des vendeurs, et de l’ensemble des personnes croisées dans les magasins, monuments ou restaurant, j’ai été charmée par le sourire et l’accueil…. Un vendeur vous souhaite la bienvenue et vous gratifie d’un “Hi guys, how are you doing ?” à l’entrée de chaque magasin et distribue même, les jours de pluie, une housse pour les parapluies. les enfants sont également l’objet d’une attention particulière, on a souvent abordé Pauline pour l’interroger sur son ressenti sur NY, lui faire des compliments sur sa casquette ou lui demander ce qu’elle souhaitait manger en ajoutant un “Honey” ou un “Sweetheart” à la fin de la phrase.

Les incontournables :

Je ne vais pas me lancer dans l’énumération des quartiers de Manhattan et des monuments qui méritent le coup d’oeil… Statue de la Liberté, Ellis Island, Empire State Building, Top of the Rock, Federal Bank, Ground Zero, Times Square, Central Park, vous trouverez tout dans les guides.

Juste quelques astuces à savoir :

  • Il est nécessaire de réserver via internet la visite (gratuite) de Ground Zero et également celle de la Federal Bank,
  • Il est préférable de visiter l’Empire State Building le matin, l’attente en fin d’après midi pouvant atteindre 3 heures,
  • Si vous choisissez d’aller à Ellis Island, planifiez d’y passer au moins 2 heures et prenez l’audio-guide en Français. Nous y sommes restés moins d’une heure et je regrette de n’avoir pas pu y consacrer plus de temps,
  • Times Square est un quartier fabuleux, avec son Toys R Us gigantesque, ses magasins spectaculaires, M&M’s World pour les gourmands, ses longues files de taxi et ses panneaux d’affichages multicolores… Y aller plusieurs fois, à différentes heures de la journée, me semble nécessaire pour tout voir.
  • Le pont de Brooklyn offre une vue spectaculaire sur la skyline, donc il vaut mieux y aller en métro, profiter de la balade sur le parc qui borde l’Hudson River et rentrer vers Manhattan à pieds pour profiter de la vue. Idéalement au coucher du soleil, mais c’est très joli en plein jour aussi :)
  • Central Park vaut vraiment le détour, idéalement pour une journée détente au milieu du séjour, avec panier pique-nique et cacahuètes pour les nombreux écureuils, plus curieux et intrépides que ceux de Londres :)

Les transports :

Aéroport - Hôtel : Nous avons choisi la solution “shared shuffle”, c’est à dire une navette de 10-12 places au départ de l’aéroport qui réalise un mini-circuit dans Manhattan pour déposer ses voyageurs dans leur hôtel. C’est la solution la plus simple et la moins couteuse quand on est nombreux (250€ A/R pour 7 personnes). Il suffit de se rendre à l’accueil de la “Ground Transportation Area” où un dispatcher contacte la société de transport et programme le trajet.

Le métro : Visiblement pas de zones dans le métro new-yorkais… La metro card hebdomadaire permet, pour 29$, de prendre le métro et le bus en illimité, sur les 5 quartiers de New-York : le Queens, Harlem, Brooklyn, Manhattan et Staten Island.

Le wifi :

Outre le wifi de l’hôtel, il est relativement aisé de trouver du wifi dans Manhattan : Starbucks Coffee, centres commerciaux, voire parcs publics fournissent un wifi gratuit et la plupart du temps en accès libre. A DUMBO, le quartier de Brooklyn situé entre les ponts de Brooklyn et de Manhattan, il suffit d’accepter les CGU du wifi local pour se connecter.

La météo :

Nous étions donc à New-York la dernière semaine d’avril et avons subi les caprices du climat océanique : un temps superbe le samedi, avec 22-24° et un ciel magnifique, une pluie torrentielle dimanche, des averses et des éclaircies le reste de la semaine avec des températures dignes d’un hiver niçois. Pas super pratique pour préparer sa valise mais une excellente excuse pour faire du shopping ;)

Les applications indispensables :

Il existe des tas d’applications sur New-York, mais outre Google Maps, j’ai essentiellement utilisé NYC mtrip, disponible également pour Androïd. 

Les cartes sont préchargées, pas besoin de connexion pour naviguer une fois sur place, il est possible d’ajouter des lieux et de sélectionner uniquement ses favoris pour les afficher sur la carte. Je n’ai pas utilisé la fonctionnalité “itinéraire” mais plutôt le mode navigation, avec l’ensemble de mes favoris affichés sur la carte pendant les balades, le tout guidé au GPS. Nickel :)

Autre application indispensable, évidemment, la carte du métro : NYC Subway.

Les anecdotes :

Régulièrement, vous pourrez voir dans la ville des tuyaux oranges plantés dans le sol d’où s’échappe de la fumée blanche et des bouteilles de “nytrogen” plantés aux coins de rue.

Nous avons découvert qu’il s’agit, pour la fumée blanche, de vapeur d’eau qu’on laisse s’échapper du circuit d’eau chaude sous pression qui circule sous la ville et qui permet d’alimenter les buildings en eau chaude et chauffage. En gros, Manhattan est posé sur une énorme cocotte-minute… Rassurant :) Les bouteilles de “nytrogen” quant à elles, permettent aux ouvriers de refroidir les tuyaux lorsqu’ils doivent intervenir sur ce circuit d’eau bouillante.

Autre ‘truc’ à savoir, les magasins, restaurants, parcs, monuments disposent tous de toilettes, gratuites et propres, en accès libre. 

J’avais réalisée avant de partir une carte Google Maps “Fadoli Family Trip to New-York” que j’ai étoffée pendant le séjour. Elle reprend les lieux qu’on m’a conseillés et les lieux que j’ai découvert. Et comme je n’ai pas eu le temps de tout visiter, il va falloir que j’y retourne. 

Chouette :)

  • 24th février
    2012
  • 24

"J’me sens pas belle"

En 5 ans, j’ai accompli l’exploit de perdre 35kg, et de stabiliser, tant bien que mal.

En 5 ans, j’ai perdu 5 tailles (et 2 profondeurs de bonnet, hélas) et je suis à présent en mesure de m’habiller ailleurs qu’au rayon “grosse” de la Halle aux Vêtements. Parce qu’il faut bien le dire, quand on pèse 100kg, il faut faire de grosses concessions niveau look. 

Et franchement, je “sais” que je suis mieux comme ça. Je le sens aussi dans mes relations sociales et professionnelles, être dans la norme est un vrai avantage, une bénédiction.

Sauf que quand j’étais grosse, j’étais grosse. Point. Je ne me comparais pas aux autres, j’étais plus grosse, de toute manière. Je ne me trouvais ni belle ni moche, j’étais grosse, comme si cet adjectif camouflait tout le reste, dans tous les cas.

D’ailleurs, quand on doit désigner une femme de taille normale, on dit “Mais si, tu sais, la nana, blonde, là…”. Quand on me désignait à l’époque, j’imagine qu’on disait plutôt “Mais si, tu sais, la grosse, là…”.

Bref.

Aujourd’hui, je ne me sens pas belle.

Aujourd’hui, j’ai une silhouette acceptable, certes, mais j’ai aussi des rides, la peau du double menton qui pendouille (et pas qu’elle), des vergetures dignes d’un zèbre, les seins qui tombent et de la peau d’orange. Glamour à mort.

Aujourd’hui, j’ai conscience de mon corps dans son imperfection, là où hier mon corps n’était qu’une l’enveloppe encombrante dont je faisais abstraction.

Aujourd’hui, je fais appel à un coach pour me motiver à faire du sport histoire de me réapproprier un peu ce corps dont je déteste le reflet dans la glace, tous les matins.

Cinq ans pour trouver la raison de mon surpoids, 5 ans pour le perdre… 5 ans pour m’accepter ?

  • 12th janvier
    2012
  • 12
  • 7th janvier
    2012
  • 07
Verrines aux 2 tiramisu : chocolat blanc framboise et chocolat noir florentin.

Pour 15-18 mini verrines :

200g de mascarpone
100 g de sucre
1 sachet de sucre vanillé
2 œufs
1/2 tablette de chocolat noir corsé
1/2 tablette de chocolat blanc
1 pot de crème de spéculos croustillante
Rhum
Framboises surgelées
Florentins (mini biscuits amandes caramélisées et chocolat)

Séparer les blancs des jaunes.

Monter les blancs en neige. 

Mélanger les sucres, les jaunes, le rhum et battre au fouet électrique jusqu’à avoir un mélange mousseux. Ajouter le mascarpone et mélanger jusqu’à avoir un mélange homogène.

Intégrer les blancs en neige et séparer l’appareil en 2 quantités égales.

Dans la première moitié, verser la demie tablette de chocolat noir fondue.
Dans la deuxième moitié, verser la demie tablette de chocolat blanc râpée 

Mettre dans les verrines une cuillère à café de pâte de spéculos, puis les remplir jusqu’aux 2 tiers avec les mélanges à l’aide d’une poche à douille. 

Décorer les verrines au chocolat blanc avec 2-3 framboises, et planter un florentin dans chaque verrine au chocolat noir.

Garder au frais au moins une heure avant de déguster (oui, je sais, c’est loooong ;)).

Verrines aux 2 tiramisu : chocolat blanc framboise et chocolat noir florentin.

Pour 15-18 mini verrines :

200g de mascarpone
100 g de sucre
1 sachet de sucre vanillé
2 œufs
1/2 tablette de chocolat noir corsé
1/2 tablette de chocolat blanc
1 pot de crème de spéculos croustillante
Rhum
Framboises surgelées
Florentins (mini biscuits amandes caramélisées et chocolat)

Séparer les blancs des jaunes.

Monter les blancs en neige.

Mélanger les sucres, les jaunes, le rhum et battre au fouet électrique jusqu’à avoir un mélange mousseux. Ajouter le mascarpone et mélanger jusqu’à avoir un mélange homogène.

Intégrer les blancs en neige et séparer l’appareil en 2 quantités égales.

Dans la première moitié, verser la demie tablette de chocolat noir fondue.
Dans la deuxième moitié, verser la demie tablette de chocolat blanc râpée

Mettre dans les verrines une cuillère à café de pâte de spéculos, puis les remplir jusqu’aux 2 tiers avec les mélanges à l’aide d’une poche à douille.

Décorer les verrines au chocolat blanc avec 2-3 framboises, et planter un florentin dans chaque verrine au chocolat noir.

Garder au frais au moins une heure avant de déguster (oui, je sais, c’est loooong ;)).

  • 7th janvier
    2012
  • 07
  • 3rd janvier
    2012
  • 03

Dukan, tu déconnes…

Pierre, faut qu’on cause… Tu permets que je t’appelle Pierre, hein ? Nan parce que tu me suis sur Twitter, je suis abonnée à ton service de coaching en ligne, j’ai acheté tes bouquins et je pense à toi plusieurs fois par jour depuis le 2 août dernier, ça crée des liens.

Surtout que ton régime, Pierre, il a bien marché sur moi et que clairement jusqu’ici, j’avais rien à redire. Certes, j’ai croisé de nombreux detracteurs, des bien-pe(n)sants qui n’ont jamais eu de problème de poids et se permettent de juger, des accrocs au sport et des naïfs qui pensent que les gros sont gros parce qu’ils mangent trop (et je vous invite à lire cet article avant de trouver quoi que ce soit à redire là dessus).

Je t’ai toujours défendu, Pierre, toujours. Pas forcement bec et ongles je l’avoue mais bon, quand on a été obèse pendant 30 ans, on en a parfois un peu raz la casquette de s’expliquer tout le temps sur ce putain de métabolisme qui déconne.

Et puis hier, la boulette, tu proposes qu’on pondére la note du bac par rapport à la capacité des élèves à garder la ligne. Et là, patatras, Pierre, je suis tombée sur le cul (cul dont tu as largement contribué à diminuer la surface, il faut le dire).

Non mais franchement Pierre, à quoi tu penses ?

Je pensais que tu faisais partie des gens qui savent que le poids n’est pas toujours contrôlable, qui ont compris que tous les gros ne sont pas des fainéants qui se lèvent la nuit pour tomber à bras raccourcis sur le pot de Nutella.

Mais putain, Pierre, à quoi tu penses (bis) ?

Tu me vois expliquer à ma fille de 10 ans, en surpoids depuis sa naissance, qu’elle aura moins de chance d’avoir le bac alors qu’elle a une alimentation plus qu’équilibrée, juste parce qu’elle a pas hérité du gêne de la minceur mais d’un défaut métabolique ?

Elle a déjà un mal fou avec le regard des autres, avec la frustration de ne pas manger trop sucré, trop gras, trop salé… alors que la plupart de ses camarades restent “dans la norme” en mangeant biscuits, desserts lactés, bonbons et junk food. Alors qu’elle goute d’un fruit et d’un morceau de pain et que ses dîners sont faits de viande ou poisson, légumes vapeur et, grand luxe, compote de fruit allégée en sucre…

Non seulement ma fille devrait subir les moqueries de ses camarades, se battre probablement comme moi toute sa vie (mais pas avant sa puberté) pour atteindre et conserver un poids socialement acceptable mais EN PLUS tu voudrais qu’elle doive travailler plus fort que les enfants plus chanceux qu’elle pour réussir ses études ?

Non mais franchement, Pierre, tu déconnes…

  • 1st janvier
    2012
  • 01
  • 31st décembre
    2011
  • 31

L’heure des bilans

Réfugiée sur un coin de mon canapé, à côté du poêle qui ronfle autant que Pauline, endormie à côté de moi, je me dis que c’est sûrement le moment idéal pour faire le bilan de cette année écoulée…

Pfffiuuuu… Comment dire… Je sais pas vous mais moi, j’ai pas vu passer l’année :) J’ai bossé, beaucoup, et pour tout avouer, même si je m’en sors plutôt bien, que je bosse sur des projets sympas avec des clients intéressant (et vice versa), cette année à été difficile et plus d’une fois, j’ai senti le découragement m’envahir, j’ai douté de mes capacités à tout mener à son terme. J’ai d’ailleurs ‘planté’ certains projets faute d’avoir évalué correctement la charge de travail, et je vis ces echecs comme de belles leçons d’humilité.

Aujourd’hui, une nouvelle année de boulot s’annonce, une année folle, avec un planning déjà bien chargé et des charges sociales et fiscales qui, bien qu’anticipées et provisionnées, ne me laissent pas le ‘choix’, il va falloir travailler plus pour payer plus…

Malgré la difficulté, le choix d’entreprendre m’apparaît aujourd’hui comme logique, au regard de mes expériences passées, de ma conception du travail et de la relation client, et chaque jour je savoure cette (relative) liberté, que je paie au prix fort certes, mais que j’ai choisie.

Si vous ne saviez pas quoi me souhaiter pour 2012, du courage et de l’énergie m’iront très bien, pour le reste, je suis pourvue ;)

Très belle année 2012 à tous, qu’elle soit riche d’amour, de bonheur et de réussite !

  • 26th décembre
    2011
  • 26
  • 9th décembre
    2011
  • 09

Journal Dukan, consolidation semaine 3

Voilà donc 3 semaines que j’ai entamé la fameuse phase 2a, la consolidation… Elle doit durer jusqu’à fin février et me permettre de stabiliser mon poids, pour ne pas reprendre le poids perdu.

Jusqu’ici, tout va bien. Je déborde parfois le week-end (l’approche des fêtes n’aide vraiment pas, je vous assure), et je me permets 2 repas de gala à la file, là où un seul est permis normalement en première moitié de consolidation.

Résultat, le lundi matin, c’est un kilo en plus minimum sur ma balance, et je désespère… 

Malgré tout, le vendredi, après une semaine très sage et ma journée pures protéines du jeudi, je reviens à mes 64kg. YES !

Maintenant, j’aimerais juste que les effets secondaires du Glucophage me lachent un peu la grappe, et tout serait parfait :)

A suivre, donc…

  • 6th décembre
    2011
  • 06
  • 26th novembre
    2011
  • 26

Journal Dukan, consolidation semaine 1

Rien de bien nouveau sous le soleil… Une semaine de consolidation ne suffit pas à rattraper le kilo pris en une soirée apéro, même si j’ai un peu reperdu sans vraiment me priver (manger des légumes 2 fois par jour, tous les jours, c’est un festin pour moi).
Je vais tâcher de voir comment se passe ce week-end et s’il le faut, je ferai une deuxième journée PP dans la semaine, histoire de stabiliser plutôt à la baisse qu’à la hausse.
C’est pas gagné…

  • 21st novembre
    2011
  • 21

Journal #dukan, week #14

J’ai donc atteint le but que je m’étais fixée. J’ai reperdu, en 14 semaine, les 10kg que j’avais repris au début de mon traitement.
Me voici donc à ce qui est censé être mon poids forme, 39kg en dessous de mon poids de 2005.
J’ai attaqué la consolidation vendredi, l’étape la plus sensible puisqu elle consiste à ne pas reprendre le poids perdu en réintégrant peu à peu des aliments, jusqu’à une alimentation ‘normale’ (sachant que ma normalité est loin de la votre).
Invitée à un apéro samedi, j’ai attaqué cette phase par un repas de gala, ce qui me vaut aujourd’hui d’afficher un kilo de plus sur la balance. Super.
Je vais poursuivre la consolidation, à savoir des journées protéines et légumes rythmées avec une journée protéines pures (le jeudi), histoire de voir si vendredi j’ai régulé tout ça et perdu ce vilain kilo.
Si ça n’est pas le cas, il faudra que je repasse en alternance (et j’avoue, l’idée ne me ravit pas, surtout parce que ça signifierait que mon traitement ne suffit pas à réguler mon métabolisme).
À suivre…

  • 9th novembre
    2011
  • 09
Journal #Dukan, semaine 13, on touche au but.C’est dur. Pas le régime en lui même, même si oui, pu****, je rêve d’une tranche de pain de campagne et de beurre salé, de croissants au petit déjeuner et d’une tartiflette (c’est de saison, en même temps) Non, ce qui est dur, c’est de constater que malgré le traitement, la baisse est lente et que parfois, même sans excès, je repars à la hausse. Reprendre du poids en étant en mode Dudu ne me laisse pas vraiment d’espoir sur un retour à une alimentation “normale et équilibrée”, et ce malgré le traitement de mon hyperinsulinie et de mon hypothyroidie. 
Point positif, j’ai l’impression d’en avoir fini avec ma frilosité excessive, grâce au Levothyrox. Plutôt une bonne chose, je peux réserver les polaires à mes séjours au ski :)
Plus que 800g à dégommer avant le passage en phase “Consolidation”… Vivement, vivement !

Journal #Dukan, semaine 13, on touche au but.

C’est dur. Pas le régime en lui même, même si oui, pu****, je rêve d’une tranche de pain de campagne et de beurre salé, de croissants au petit déjeuner et d’une tartiflette (c’est de saison, en même temps) 

Non, ce qui est dur, c’est de constater que malgré le traitement, la baisse est lente et que parfois, même sans excès, je repars à la hausse. Reprendre du poids en étant en mode Dudu ne me laisse pas vraiment d’espoir sur un retour à une alimentation “normale et équilibrée”, et ce malgré le traitement de mon hyperinsulinie et de mon hypothyroidie. 

Point positif, j’ai l’impression d’en avoir fini avec ma frilosité excessive, grâce au Levothyrox. Plutôt une bonne chose, je peux réserver les polaires à mes séjours au ski :)

Plus que 800g à dégommer avant le passage en phase “Consolidation”… Vivement, vivement !